L’image en question

« Un autoportrait est toujours un reflet dans un miroir, mais dans celui-ci on dirait que le miroir a disparu, le peintre est vraiment là. »
Journal, La Terre est si belle… (1976-1978), 6 juin 1978, Julien Green.

 

 

Ces portraits interrogent la valeur de la représentation de l’individu dans la société à travers le regard du photographe et met en question l’identité visuelle de chaque être dans son rapport à l’autre. Qu’est-ce que nos attitudes donnent à voir de notre personnalité?

La figure de l’icône

la-madone-de-bentalha

Pour ce travail, je me suis basée sur la photographie prise par Hocine en 1997 durant la période des massacres en Algérie et intitulée La madone de Benthala. Ce qui m’a particulièrement intéressée est l’esthétisation et l’élévation au rang d’icône d’une photographie par la société occidentale, photographie qui de base avait juste une valeur documentaire.

Ce propos d’une manière plus générale questionne également la valeur des images et la réalité historique et picturale du sujet représenté.

Ici, les photomontages attribuent aux images une valeur iconique et esthétique alors que celles-ci représentent des faits de guerre, dans la majorité des cas.